MegaUpload

L’Affaire MegaUpload.
Le jour où MegaUpload a été fermé, l’Hadopi est morte. Ceux qui se battaient pour faire revendiquer et appliquer la lois française s’en morde les dents. Les dirigeants de ces sites de téléchargements n’ont jamais été au tribunal, n’y n’ont jamais pris d’amendes a hauteur de leur crimes, les uns avaient trouvé des méthodes sûres techniquement pour télécharger, les autres s’étaient tournés vers le streaming ou le téléchargement direct, d’autres avaient opté pour les offres légales. Aujourd’hui, des utilisateurs ayant payé pour un service se retrouvent dans l’impossibilité d’accéder à leurs documents, même légaux. Le grand ménage du FBI ne fait pas dans le détail, ils taclent tout le monde, sans faire attention au particulier. On ne peut que déplorer les dommages collatéraux de la censure. Et ce n’est qu’un début, pour plusieurs raisons. Les lois antipiratage sont un échec En France, malgré les déclarations de Nicolas Sarkozy et de Pascal Nègre, la mesure de l’impact d’Hadopi sur le piratage est périlleuse. L’Hadopi elle-même ne s’y risque pas avec précision. Dans les coulisses, il est certain que les ayants-droit n’en sont pas satisfaits, et qu’ils préféreraient faire le boulot eux-mêmes. Le secteur du cinéma l’a d’ailleurs montré en lançant une large offensive judiciaire contre la galaxie des sites Allo (Allostreaming.com, Alloshowtv.com, Alloshare.com et Allomovie) en décembre. Un dossier fourni, et qui a réussi son coup. Allostreaming a fermé, sans même attendre la décision de justice du TGI de Paris prévue en mars. Étonnamment, les intermédiaires (dont Google) se sont montrés coopératifs.
Le créateur de MegaUpload, Kim Dotcom, va refaire son site en 2017.

Sources : file:///C:/Users/MAXIME/Downloads/laffaire-megaupload-signe-la-mort-dhadopi-et-on-risque-de-la-regretter.pdf
https://libertesinternets.wordpress.com/2012/01/23/laffaire-megaupload-signe-la-mort-dhadopi-et-on-risque-de-la-regretter/
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/309778-telechargement-illegal-megaupload-est-mort-et-apres.html

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License