La disruption

** La disruption**

Sachez tout d’abord, que cette méthode est née dans l’univers publicitaire au cours des années « nineties » en période de crise (pouvoir d’achat en baisse, augmentation du nombre de chômeurs, délocalisation, etc.). Bref ! Une période qui nous est familière.

Cette stratégie, pensée par Jean-Marie Dru de l’agence TBWA, est devenue un modèle marketing avec ses points forts et ses faiblesses. C’est une technique innovante pour concevoir une image de marque impactante. Son champ d’action agit hors des sentiers battus. La disruption propose une nouvelle façon de modifier l’image et la culture de la marque. Cette technique s’inscrit dans le temps, permet donc de positionner la marque dans le futur.

La disruption est une théorie que l’on peut décomposer en trois temps :
1) Observer les idées reçues et les conventions pratiquées sur le marché
2) Elaborer une « idée disruptive », c’est-à-dire, penser à une stratégie qui bouleversera les conventions d’aujourd’hui, pour repositionner la marque
3) Décider vers quelle vision on souhaite aboutir, c’est-à-dire, redessiner le marché de demain.

Le concept de « disruption » offre de nouvelles possibilités pour les entreprises. Ce sont de belles perspectives pour développer leur stratégie commerciale et marketing dans l’objectif de dynamiser leur image et leur positionnement. Donc trois mots clés à retenir : « convention, disruption, vision ».

C’est avant tout un travail d’analyse de l’existant, afin d’isoler les aspects conventionnels pratiqués sur le marché. Puis dans un second temps, il s’agit de remettre en cause les conventions pour dépasser les règles. A la suite de ce travail intervient la stratégie disruptive.

La disruption est une méthode offrant l’opportunité de construire le futur d’une marque, de la faire progresser. Cette approche aboutie permet de recadrer une marque, un produit ou un service.

Désormais le périmètre d’une marque ne se limite plus uniquement à son slogan, son logo et aux produits ou services vendus. La marque est l’entreprise et vice-versa, il n’y a plus lieu de les distinguer. Avec l’accès rapide aux informations, la saturation des marchés et des modèles de communication à bout de souffle, l’entreprise est exposée dans toutes ses dimensions. La marque est aujourd’hui définit par ses engagements salariaux, environnementaux, ce qu’elle vend, comment elle le vend, pour qui et où elle vend. Ces nouvelles associations invitent à penser la marque différemment et ainsi rompre avec les conventions des marchés, du marketing et de la communication.

Vous seriez d’accord pour dire qu’une stratégie disruptive repose sur l’innovation et implique une rupture des conventions. Ne voyez-vous pas là, une certaine faiblesse de cette méthode ?

Et oui ! A vouloir changer les idées reçues, le consommateur risque de s’y perdre. Pour ceux et celles qui souhaiteraient mettre en pratique cette technique, il est important de définir clairement les axes de changement et ceux à conserver. Le tout sera à intégrer dans la stratégie globale de la marque. Il faut donc trouver le juste milieu entre l’innovation et les idées conventionnelles.

Une marque doit être capable de se démarquer (petit jeu de mots !) sans aller jusqu’à supprimer l’ensemble de son existant – au risque de s’effacer du marché sur lequel elle est positionnée et de perdre le bénéfice de son expérience passée. La disruption est à utiliser avec tact et modération.

Sources:
http://blog-mastere2-360.ecs-paris.com/marketing/en-10-lettres-6-consonnes-et-4-voyelles-la-disruption
https://books.google.fr/books?id=k54QCwAAQBAJ&pg=PT116&lpg=PT116&dq=la+disruption+explication&source=bl&ots=NmrynyfChy&sig=h94d6Pra45PzKCBOMU8nED1148Y&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjz7o6Tte_QAhVG0xQKHRNtB0E4ChDoAQg0MAU#v=onepage&q=la%20disruption%20explication&f=false
http://strategique.blogspot.fr/2005/12/la-stratgie-de-disruption.html

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License