Génération Y
generation-Y.jpg

La Génération Y désigne les personnes nées entre 1978 et 1994. En France c’est Benjamin Chaminade, spécialiste international en gestion des talents, qui a initié ce concept de Génération Y. La désignation Canadienne de la Génération Y est la génération « C » pour Communiquer, Créer, Collaborer. Cette génération est dite « Y » parce qu’elle succède à la Génération « X » nommée par le Canadien Douglas Coupland, dans son roman Génération "X". Pour d’autres on parle de Génération Y à cause du « Y » formé par les écouteurs sur le torse des personnes.

De nombreux termes sont utilisés pour nommer cette génération :
- Les « Millénaires » d’après William Strauss et Neil Howe, qui considèrent que la Génération Y va jusqu’à l’an 2000.
- La génération « Pourquoi » par Eric Chester en raison de leur systématique remise en cause des contraintes qu’on peut leur imposer (en anglais, Génération « Why » étant donné que le « y » se prononce comme « why », signifiant « pourquoi »).
- Les écho boomers, enfants de Baby-boomers.
- « L’e-Génération », en référence au « e » de « électronique » comme dans e-mail.
- Les « suivants », pour leurs similitudes avec la génération X qui les précède.
- La « boomerang génération », car ils sont supposés quitter leurs parents assez tôt mais revenir à la fin de leurs études ou suite à un échec.
- « The Generation We » selon les auteurs anglais Greenberg et K. Weber, venant de l’œuvre portant le même titre.
- « Digital Natives », ou « GenY » ou « Yers », très utilisés par les américains pour désigner les enfants de cette génération, nés avec un ordinateur.

Ces jeunes sont en opposition avec la génération précédente puisqu’ils ont grandi dans un contexte ayant des caractéristiques propres et différentes. Ils sont considérés comme impatients, individualistes, interconnectés et inventifs.
En premier lieu, ils n’ont pas subi la guerre froide, de plus à leur époque le service militaire n’est plus obligatoire. Ensuite, ils n’ont jamais connu le monde sans le SIDA, ce qui marque une rupture avec la volonté de libération sexuelle de la Génération X puisqu’ils ont conscience des risques présents.
L’environnement des Y est de plus en plus numérique, où les nouvelles technologies et internet deviennent omniprésents (jeux vidéo notamment qui sont alors considérés comme un banal divertissement).
Ils sont aimés et protégés par leurs parents et sont des enfants désirés puisque les moyens de contraception se généralisent en 1960 et font l’objet de campagnes de sensibilisation à partir de 1981, et l’avortement est légalisé en France en 1975 (loi Veil). Cependant ils rejettent le modèle parental et la culture de l’effort, la routine, la monotonie… Les jeunes sont dans la négociation et non plus dans la provocation et la confrontation. Ils recherchent des compromis autant dans le cadre privé et familial que dans le cadre professionnel du travail. Contrairement à la Génération X, ils ne veulent pas changer le monde mais préfèrent s’adapter aux évolutions.
Ils adoptent de nouvelles manières de consommer qui répondent au triple principe : hédonisme, pragmatisme et immédiateté, où les notions d’écologie et éthique sont très importantes pour eux. Ils sont dans une posture idéologique mais peu dans l’action et peu engagés même dans les causes qui lui sont chères.
Concernant le monde du travail, étant donné le marché de l’emploi saturé, la nouvelle génération est perçue comme sacrifiée. Ils recherchent principalement le plaisir, veulent de la facilité, s’amuser, se sentir aimés et intégrés, ce que le marché du travail ne leur propose pas (instabilité, fatigue, obligations, routine, individualisme…).

Auteur : Eléa Pimouguet

Sources :
https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9n%C3%A9ration_Y
http://www.journaldunet.com/management/expert/54153/la-generation-y--une-definition-contextuelle-avant-tout.shtml
http://www.carrefourdesetudiants.unilim.fr/spip.php?article619

Source image :
http://entreprise-environnement.org/wp-content/uploads/2012/01/generation-Y.jpg

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License