Autoroutes de l'information

L’expression « autoroutes de l’information » fut d’abord une heureuse formule politique. Le mérite en revient à Al Gore, vice-président des États-Unis, qui la rendit populaire lors de la campagne présidentielle de 1992. La métaphore était venue tout naturellement à l’esprit de ce fils d’un sénateur des États- Unis qui, trente ans plus tôt, avait pris l’initiative de la législation créant le système autoroutier inter-États américain.
Les mesures visant à créer la National Information Infrastructure (NII), conçue comme « un système permettant de fournir à tous les Américains l’information dont ils auraient besoin quand et où ils le voudraient, à un prix accessible », furent prises au cours du premier mandat d’Al Gore. L’objectif était fixé par l’Agenda for Action on the National Information Infrastructure (NII), publié par le gouvernement des États-Unis en septembre 1993.
Dans les quelques années qui ont suivi l’initiative de Clinton-Gore, les autoroutes de l’information ont donné lieu à une activité considérable dans le monde entier : la NII est devenue la GII (Global Information Infrastructure), c’est-à-dire l’infrastructure mondiale de l’information.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License